samyeshop moyen

Librairie bouddhiste
Artisanat de l'Himalaya
Objets rituels

bloc therapie rokpa

bloc rokpa

facebook-logo

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Hommages à Akong Rimpotché - Centres de méditation bouddhistes tibétains dédiés à la paix dans le monde et au mieux-être.

Communiqué de presse

9 octobre 2013

Un grand Lama tibétain assassiné à Chengdu en Chine

 

 (Nederlandse versie onderaan)

Le 8 octobre, dans sa maison à Chengdu dans la province chinoise de Sichuan, Akong Tulkou Rimpotché, son neveu et un moine tibétain avec lesquels il voyageait, sont morts poignardés. Akong Tulkou Rimpotché, de nationalité britannique et basé au monastère tibétain Samyé Ling en Écosse, était un des Lamas les plus importants de la tradition Kagyupa du Bouddhisme tibétain.

 

Il était également président et fondateur depuis 1977 du Centre d'études tibétaines de Bruxelles et président de Rokpa International, une association humanitaire fondée en 1981 et présente dans 20 pays, qui gère 150 projets au Tibet et dans les régions himalayennes pour venir en aide aux populations démunies sur le plan de l'éducation, de la médecine et de la préservation de la culture tibétaine.

 

Le meurtre a été commis par trois Tibétains qui ont été arrêtés par la police chinoise et qui sont en aveux. Akong Tulkou Rimpotché, qui avait l'âge de 73 ans, s'apprêtait à entamer la visite annuelle des nombreux projets humanitaires dans le Tibet oriental pour apporter les fonds récoltés durant l'année. Il semble que les présumés coupables du triple meurtre essayaient de s'emparer de ces fonds et que le Lama a payé de sa vie le refus de les céder.

La dépouille d'Akong Rimpotché sera transportée au monastère de Dolma Lhakang au Tibet, dont il fut reconnu comme l'incarnation du Lama responsable à l'âge de 4 ans, pour la crémation cérémonielle réservée aux Lamas importants.

 

Akong Rimpotché avait fui le Tibet lors de l'invasion chinoise en 1959, à la tête d'un groupe de 200 Tibétains dont seulement 15 survécurent. En 1963 il arrive à Oxford au Royaume Uni avec une bourse d'études et en 1967 il fonde Samyé-Ling en Écosse, le premier centre bouddhiste tibétain en Occident, avec Tchogyam Trungpa Rimpotché, lequel part ensuite aux États-Unis.

 

Akong Rimpotché a depuis lors été l'une des figures marquantes pour la transmission du Bouddhisme en Occident et a créé des centres dans plusieurs pays européens et africains et notamment à Bruxelles, où il venait régulièrement pour enseigner. Ayant été formé dans la médecine traditionnelle tibétaine, il a également développé une méthode thérapeutique combinant des éléments de la philosophie et de la méditation bouddhiste tibétaine et de la psychiatrie occidentale. En 1992 il fut également en charge de l'expédition de recherche du 17ème Karmapa, détenteur de la tradition Kagyupa, dont la nouvelle incarnation fut intronisée à Tsurphu au Tibet, avec l'assentiment du gouvernement chinois. Entretemps, en 1999, le Karmapa s'est enfui du Tibet à l'âge de 14 ans et s'est installé en Inde auprès du Dalaï Lama.


Pour informations :
Carlo Luyckx, Vice-Président du Centre d'études tibétaines, tél.: 0475 86 89 99
Rue Capouillet 33
1060  Bruxelles
Site internet : cliquez ici

 


Een hoge Tibetaanse Lama vermoord in Chengdu (China)

 


Op 8 oktober werden Akong Tulku Rimpotche, zijn neef en een monnik met wie hij samen reisde, neergestoken in zijn huis in Chengdu in de provincie Sichuan. Akong Tulku Rimpotche, van Britse nationaliteit en gebaseerd in het Samye-Ling Tibetaans klooster in Schotland, was een van de belangrijkste Lamas van de Kagyu traditie van het Tibetaans Boeddhisme.

 

Hij was eveneens stichter en Voorzitter van het Tibetaans studiecentrum in Brussel en Voorzitter van Rokpa Internationaal, een humanitaire vereniging opgericht in 1981 en aanwezig in 20 landen, die 150 projecten heeft gerealiseerd in Tibet en de Himalaya om ter hulp te komen aan de behoeftige bevolking op het gebied van onderwijs, geneeskunde en het behoud van de Tibetaanse cultuur.

 

De moord werd bedreven door drie Tibetanen die door de Chinese politie werden aangehouden en de feiten bekend hebben. Akong Tulkou Rimpotché, die 73 jaar oud was, bereidde zich voor om zijn talrijke humanitaire projecten in Oost Tibet te bezoeken en de in het laatste jaar verzamelde fondsen te bezorgen. Het blijkt dat de daders van de drievoudige moord deze fondsen opeisten en dat de Lama zijn weigering met zijn leven betaald heeft.

 

Akong Rimpotché was uit Tibet gevlucht tijdens de Chinese invasie in 1959, aan het hoofd van een groep van 200 Tibetanen waarvan enkel 15 overleefden. In 1963 komt hij aan in Oxford met een studiebeurs en in 1967 sticht hij Samye-Ling in Schotland, het eerste Tibetaans Boeddhistisch centrum in het Westen, met Tchogyam Trungpa Rimpotche, die nadien naar de USA vertrekt.

 

Akong Rimpotché was sindsdien een van de belangrijke figuren in de transmissie van het Tibetaans Boeddhisme in de Westerse wereld en heeft centra gesticht in meerdere landen van Europa en Afrika, en ondermeer in Brussel, waar hij regelmatig kwam onderrichten. Als dokter in traditionele Tibetaanse geneeskunde heeft hij eveneens een therapeutische methode ontwikkeld die elementen combineert van Tibetaans Boeddhistische filosofie en meditatie en Westerse psychiatrie. In 1992 was hij verantwoordelijk voor de zoektocht naar de 17de Karmapa, spiritueel hoofd van de Kagyupatraditie, waarvan de nieuwe reincarnatie geintroniseerd werd in Tsurphu in Tibet, met de goedkeuring van de Chinese regering. Intussen is in 1999 de Karmapa uit Tibet gevlucht op veertienjarige leeftijd en leeft hij nu in India bij de Dalaï Lama.

 

Voor inlichtingen:
Carlo Luyckx, Vicevoorzitter van het Tibetaans studiecentrum, tel.: 0475 86 89 99
Capouilletstraat 33
1060  Brussel
Website: klik hier